Joachim Latarjet

 Auteur, compositeur, metteur en scène et interprète (musicien)

Joachim Latarjet se trouve, dès 1982, alors qu’il n’a qu’onze ans, comédien dans un spectacle d’un jeune metteur en scène lyonnais, Jean-Paul Delore, qui avec ses amis musiciens, écrivains, comédiens, plasticiens, crée un spectacle démesuré dans la salle ronéotype du journal Le Progrès : Départ. Cette expérience folle lui donne, et de façon définitive, le goût des expériences théâtrales uniques et surtout collectives. On peut créer des choses sans passer par mille écoles, en totale liberté. Joachim Latarjet retravaillera comme comédien avec Jean-Paul Delore dans Asvel Pok-Ta-Pok et La Chanson d’amour et de mort du cornette Christoph Rilke.

En 1989, il participe à l’aventure collective de la compagnie Sentimental Bourreau qu’il fonde avec Mathieu Bauer, Julien Bureau, Sylvain Cartigny, Judith Depaule, Laurence Hartenstein, Judith Henry et Martin Selze. Ils feront ensemble cinq créations en collectif absolu. Puis Mathieu Bauer prend la direction artistique de la compagnie et Joachim Latarjet participe à la composition de la musique des Chasses du Comte Zaroff et de L’Exercice a été profitable Monsieur. Parallèlement, il continue à travailler comme comédien avec, notamment, Bruno Boëglin dans Roberto Zucco.

Joachim Latarjet s’affirme de plus en plus comme musicien au sein de Sentimental Bourreau. En 1992, la « branche » musicale de Sentimental Bourreau rencontre Les Trois 8 et ils créent ensemble Sentimental Trois 8, collectif de musiciens qui joue dans de nombreux festivals de jazz (Banlieues bleues, Halle That Jazz...). Ils composent et interprètent la musique des Imprécations II, Imprécations IV et Imprécations 36, écrites et mises en scène par Michel Deutsch.

Joachim Latarjet rencontre en 2002 Philippe Decouflé qui lui propose de composer et interpréter la musique de son Solo - Le doute m’habite, qu’ils tournent encore ensemble... Il crée au même moment la Compagnie Oh ! Oui... avec Alexandra Fleischer. Ensemble, depuis plus de 10 années et 14 spectacles, ils font un théâtre résolument musical qui s’attache aux écritures contemporaines.

Joachim Latarjet aime à travailler en dehors de sa compagnie et a composé dernièrement la musique de Réparer les Vivants, mis en scène par Sylvain Maurice. En 2017, il a créé un Sujet à Vif avec Nikolaus au Festival d’Avignon, courte pièce appelée La Même Chose. 

Il a également composé la musique de La Victoire de Samothrace réalisé par Juliette Garcias et produit par Arte, ainsi que la musique du générique de Blaise, mini-série d’animation sur Arte.

Il collabore avec Rone pour son concert à la Philharmonie ainsi que sur son dernier album Mirapolis.