Songs for my brain

Alexandra Fleischer est née en 1970. C’est une date de naissance qui a pour point de référence un homme dont on sait qu’il a existé il y a plus de 2000 ans et qui aurait été (pour certains, pas tous) l’envoyé de Dieu ; un prénom que mes parents ont choisi parce qu’ils en aimaient la sonorité ou parce qu’il avait été porté par une autre avant moi qu’ils admiraient – personnage réel ou de fiction – ; un nom dont la résonance dit son origine géographique et qui m’a été imposé comme il l’a été à mes ancêtres avant moi. Je viens à peine de naître que je suis déjà porteuse d’une multitude d’histoires, celles qui me sont racontées et celles que je m'invente. Notre cerveau est ainsi fait que, nous autres humains, construisons en permanence de la fiction pour donner du sens au réel.
« Songs for my brain » est une revue neurologique musicale autour des écrits du neurologue Lionel Naccache pour parler du cerveau, de notre cerveau, qui a tout moment crée de la fiction… et donc de la réalité.

Conception : Alexandra Fleischer et Joachim Latarjet

Mise en scène et composition musicale : Joachim Latarjet

Avec : Alexandra Fleischer, Hillary Keegin, Joachim Latarjet, David Stanley, Alexandre Théry

Lumières : Léandre Garcia Lamolla

Son : Tom Ménigault

Vidéo : Alexandre Gavras

Assistanat à la mise en scène : Yann Richard

Production déléguée : Oh ! Oui…

Coproduction : Les Subsistances-Lyon

Avec l'aide à la production de la DRAC Ile-de-France

Avec le soutien de la Villa Gillet-Lyon/Walls and Bridges-New York, le studio Beau Labo-Montreuil, le CENTQUATRE-Paris

L'Adami représente les artistes-interprètes : comédiens, danseurs, chanteurs, musiciens solistes, chefs d’orchestre. Sa mission est de gérer leurs droits en France et à l’étranger. Elle agit au niveau national et européen pour leur juste rémunération notamment au titre de la copie privée et des nouveaux usages numériques. Elle favorise également l’emploi artistique au moyen de ses aides à la création. », avec un lien vers la page d’accueil du site de l’Adami (www.adami.fr). Ce lien devra figurer de manière lisible et facilement accessible.